Son nom suffit à susciter immédiatement une part de rêve : Argentine. Une destination aussi lointaine qu’attirante. Au début du 20e siècle, trois semaines de bateau à vapeur étaient nécessaires pour rallier Buenos Aires depuis les côtes européennes. En bateau à voile, c’était trois mois. L’avion à réaction a bouleversé la temporalité des grands déplacements. Mais l’Argentine, ses grands espaces, ses gauchos, son art de vivre et son parfum de nouveau monde excitent toujours autant les imaginations nourries par les récits, les images de ceux « qui l’ont fait ».

C’est ce qui attend les participants âgés de 18 à 30 ans de la première édition de l’Argentina Trophy. A bord d’une Chevrolet Corsa (ou équivalent), voiture que l’on retrouve partout en Argentine,  haute sur patte et passe-partout, ils vont tailler vers l’Ouest, avec en ligne de mire, la région de Salta, au pied de la légendaire Cordillère des Andes. Guidés par les boussoles, les road-books et une carte, ils vont parfois se tromper de piste. Se retrouver seuls face à l’immensité des décors sud-américains. Goûter l’ivresse d’une aventure unique. Puis se retrouver au bivouac autour d’un plat local.  Ils s’entraideront pour avancer. Veilleront à bien choisir leur cap, sans se presser, car ici il n’est pas question de vitesse pour remporter la compétition mais bien de coller au plus près aux indications du road-book. Ils vivront une journée de solidarité auprès des enfants de l’association « Vol de nuit ». Quand tout sera fini, ils mettront un peu de temps à mettre en mots leur aventure. Mais ils n’auront qu’une envie, recommencer.